couverture-austerlitz-1-copie

 

 

Désormais, tous les élus dans le même train

Cofondateur vierzonnais d’Urgence ligne Polt, Jean-Claude Sandrier n’en revient toujours pas (lire ci-dessous). Cette association qui rassemble des élus de tous bords, des syndicalistes et des usagers, a longtemps prêché dans le désert pour défendre une ligne qui épouse en grande partie la « diagonale du vide », ce mitan de la France où l’économie et la démographie seraient à la traîne.

Son assemblée générale, qui se tient demain à Souillac (Lot), dira comment va se recomposer le conseil d’administration maintenant que s’est décomposé le paysage politique traditionnel… Mais les tout nouveaux parlementaires LREM semblent décidés à prendre le train en marche. Nouveaux et anciens élus, ainsi qu’Urgence ligne Polt, se sont déjà retrouvés, ensemble, au ministère des Transports, fin septembre. Ces mouvements de troupes peuvent être lourds de sens. Car la cause a longtemps souffert de visions divergentes d’un bout à l’autre de la ligne. Ainsi, le projet de barreau LGV entre Poitiers et Limoges, imaginé au début des années 2000, a-t-il longtemps conditionné l’avenir du Polt tout entier – et empoisonné les relations entre ses différents territoires.

 

événement au regard de notre histoire.

 

Ceci étant dit, quels sont désormais les objectifs que vous poursuivez?

 Il faut voir les choses dans le cadre du schéma directeur pour le Polt, un document qui découle du classement de la ligne en train d’équilibre du territoire, et qui doit être bouclé au printemps 2018. Dans ce cadre, il faut prendre le temps d’écouter tout le monde. Mais on sent bien qu’il y a un saut qualitatif à faire, étant donné tous les travaux qui sont en cours. Faire Paris-Limoges en deux heures et demie à l’horizon 2022 semble un objectif atteignable (en 2017, le meilleur temps est de 3h02, d’après la SNCF). Quant à l’appel d’offres qui est en cours sur les nouveaux matériels, nous voulons être sûrs de leur mise en service à cette même date car ça ne semble pas encore tout à fait clair. Certains parlaient dernièrement de l’horizon 2025, ce qui n’est pas la même chose…

 

N’y a-t-il pas justement quelques incertitudes ?

L’ouverture prochaine des grandes lignes à la concurrence pourrait-elle parasiter les efforts de SNCF-réseau par exemple ? Il est vrai qu’on ne peut parler de victoire qu’une fois la fin du match sifflée. Malgré tout, je ne veux pas croire qu’ils puissent ainsi jouer la montre.

 

Et par rapport aux autres projets grande vitesse envisagés, Bordeaux-Toulouse ou Pocl (*), n’y a-t-il pas le risque de retomber dans un blocage type Limoges-Poitiers ?

Le Pocl sera sans doute la seule LGV à voir encore le jour. Or, si certains ont cru qu’il pouvait y avoir une concurrence entre Polt et Pocl, c’est le contraire. Les budgets ne risquent pas de se télescoper car le Polt c’est maintenant et le Pocl pas avant 2030. En revanche, si l’on part sur un tracé ouest pour le Pocl, on voit bien tout ce que pourrait lui apporter un Polt rénové qui lui serait connecté. n

(*) Paris-Orléans-Clermont-Lyon.